mardi 30 août 2011

Henri Michaux - La ralentie (par Germaine Montero)


Avec cette lecture de 'La Ralentie', poème d'Henri Michaux publié en 1937 et enregistré ici en 1957, on touche à ce que la poésie lue peut avoir d'extraordinaire. L'exercice, difficile, risqué même, en regard de la beauté du texte, est mené par la voix de Germaine Montero et les bruitages de Marcel Van Thienen, magnifique 'mise en son', vingt minutes durant, et c'est tout simplement sublime...

Ralentie, on tâte le pouls des choses ; on y ronfle ; on a tout le temps ; tranquillement, toute la vie. On gobe les sons, on les gobe tranquillement, toute la vie. (Henri Michaux)

re-upped... check comments

24 commentaires:

Dr Faustroll a dit…

http://www.megaupload.com/?d=R81UOXJZ

boogieman a dit…

Merci.

mouldysauerkraut a dit…

Un jour, Alfred Jarry et ses amis tiraient au fusil dans le jardin.
La voisine arriva affolée :
"Vous vous rendez compte, vous pourriez tuer mes enfants"
"On vous en refera!" dit l'écrivain.
Ca fait du bien de trouver autre chose que de la musique dans les sites de musique, merci !

Anonyme a dit…

Bravo!... Merci!
Voilà le genre de disque introuvable, épuisé depuis longtemps. Et c'est de la POESIE contemporaine !...

Le Club Des Mangeurs De Disques a dit…

Hello Doc,
Tu as déjà trouvé le mot le plus approprié : "Sublime". Un beau merci pour ce post rare.
Jimmy

daniel a dit…

Bonjour ,
Je passais juste pour te signaler que Bruce Joyner venait de sortir un nouvel album !

boogieman a dit…

Ca me rappelle Campus, l'emission de Michel Lancelot sur Europe 1. Il passait de temps en temps des poemes de Michaux et je lui dois beaucoup tant pour mon education litteraire (Huxley, Michaux, la Beat Generation .. pas vraiment ce qu'il y avait dans les manuels scolaires à l'époque) et musicale (je me rappellerai toujours mes premiers écoutes du Grateful Dead, Fugs, Doors, Muddy Waters ... Charlebois ...). Malheureusement ce type de programme radio n'existe plus et qui cela interesserait-il encore?

daniel a dit…

Moi.

le sot a dit…

Merci, et compliments.

Sylvette Maurin. a dit…

Bonjour, Docteur Faustroll, nous entamons, sur Nice, à travers la Toile entre autres supports, un travail de recherche autour de "La Ralentie" d'Henri Michaux et nous aimerions savoir si vous pourriez nous aider à mettre la main, et surtout les oreilles sur l'enregistrement effectué par Germaine Montéro, d'une façon ou d'une autre.... Ce serait avec plaisir que nous vous associerions ainsi à notre "exhumation" pour Juin 2012, si vous le souhaitez. Vous pouvez me joindre au: 04.93.86.60.67, à Nice et sur Facebook.
. Merci infiniment et très bonne journée. Sylvette Maurin.

Sylvette Maurin a dit…

Toutes les personnes susceptibles de nous prêter main forte, et toutes autres parties de leur personne d'ailleurs, sur la préparation et la mise en oeuvre de ce travail d'exhumation autour de "La Ralentie"' d'Henri Michaux sont bienvenues et peuvent me contacter sur Nice au: 04.93.86.60.67 (ligne fixe) ou sur ma page Facebook. Soyez les bienvenus !
Nous passerons ensuite, vraisemblablement, au "Transsibérien" de Blaise, puis sans doute à la Beat Generation ! Avis aux amateurs (trices)....

Dr Faustroll a dit…

Chère Sylvette, le achtétépé lien du premier commentaire de ce post vous permettra de jeter une oreille sur cet enregistrement... L'objet, très rare (la première édition en 25cm, comme la seconde en 30cm), apparait, quant à lui, de temps à autre, sur la toile... Et j'ajoute n'avoir jamais compris pourquoi cette oeuvre ne bénéficie pas d'une réédition CD

Bien à vous,

Dr Faustroll

Anonyme a dit…

Bien le bonjour cher Dr F.!...
juste une inutilité ou absurdité pour dire que ce blog est toujours aussi génial...même en poésie, ce cher Michaux j'aurais pas cru le rencontré ici...quoi que...
Bref, bonne continuation à toi...

PS: dans tout ce joyeux bordel de musique, n'auriez-vous pas du "einsturzende neubauten" (désolé pour l'écriture surement approximative...) j'suis preneur.sourire.

daniel a dit…

http://pukeskywalker.blogspot.com/2008/12/einstrzende-neubauten-later-output-1993.html

Anonyme a dit…

oh!...
merci beaucoup,
grand merci à toi daniel...

AMORTOUT a dit…

MERCI !!!

MIDNIGHT RAMBLER a dit…

MERCI... il fallait l'oser !
Face à ce qui se dérobe
ou
L'espace du dedans

Anonyme a dit…

oh, un enregistrement dont je m'étais beaucoup demandé comment le trouver, quel plaisir qu'il surgisse ici ! merci

szenes domonkos a dit…

J'arrive très tard, mais j'ai tout récemment exhumé de cartons de déménagement à demi oubliés dans la pièce du fond, quelques disques qui datent de ma folle (?) jeunesse : c'est-à-dire il y a quarante années à peu près... Au premier rang desquels "La Ralentie" de Michaux, dit par Germaine Montero sur des bruitages de Marcel van Thienen... Je l'ai réécouté, et l'émotion est intacte, aussi intense, intime, bouleversante, qu'au premier jour (et c'est loin d'être le cas pour toutes les oeuvres que j'adulais entre 17 et 25 ans !). C'est effectivement un modèle presque inégalé de ce qui peut se faire de mieux en poésie lue, scandée, murmurée, sussurée, hurlée, bruissée, silenciée, affolée, ralentie... L'accompagnement bruitage-musique n'aurait pu être plus adéquat s'il avait été produit par le poète lui-même en même temps que le texte... J'ignorais que ce disque était une telle rareté, une perle égarée au fond de l'océan des bruits inutiles ; qui oserait la rééditer ?... En tous cas, si les personnes qui ont envie de travailler dessus en ont toujours besoin...

Tom A. a dit…

Bonjour !

j'arrive après la bataille, notamment celle de MU !
Auriez-vous l'extrême gentillesse de remettre cet inestimable trésor sur un autre serveur ?

Tous mes remerciements !

Dr Faustroll a dit…

re-up:
http://www.mediafire.com/?005vt3kr41vfthv

Anonyme a dit…

merci pour le re-up!

Anonyme a dit…

Merci merci pour cette "Ralentie" perdue il y a 20ans &+ et retrouvée ici.
Un bijou sombre sauvé avant que la plage s'effondre, tu sais bien…
Spinch

Roger a dit…

merci merci merci
je le cherchais depuis 20 ans.
J'ai mis en scène ce texte au fond d'une impasse bruxelloise vers 1990 par là, dans une cave voutée sur un une tonne de sel
mille mercis